fbpx
Skip to content

À bientôt pour LJADNO

À l’occasion de l’exposition de restitution prochaine de Manuel Grand, Sophie Auger, Directrice du Creux de l’enfer Centre d’art contemporain d’intérêt national à Thiers et mentor de l’artiste pour ce projet, partage avec nous un premier texte, ci-copié-collé, “faisant état du travail de Manuel Grand et des premières pistes envisagées pour la résidence”1 :

Dans sa pratique artistique Manuel Grand articule un travail d’écriture de fictions à un ensemble de recherches interdépendantes : celles de la collecte de documents et de témoignages, de la photographie argentique et de l’expérimentation des techniques anciennes permettant la diffusion des images et des textes.

 

L’écriture constitue un point d’entrée essentiel dans son travail. Il investigue ainsi des lieux de mémoire (histoires non officielles, rurales, non rédigées) et raconte des vies paysannes ou ouvrières, de l’époque pré-industrielles, faites d’utopies et de désenchantements. De ses narrations, enrichies d’un vocabulaire précis et parfois volontairement suranné, naissent des personnages pleinement noués à leur environnement. Leurs activités sont autant d’actes de résistance à l’oubli, tant par les gestes d’artisans qu’ils pratiquent au quotidien, que par leur intimité naturelle avec le « vieux monde », qu’ils contribuent à préserver.

 

L’influence des lieux où il vit est palpable dans ses récits et conditionne même souvent l’état d’esprit des personnages qu’il décrit. Alors qu’il rédigeait Mon homme Russe, racontant un homme en fuite d’une communauté, il s’était lui-même isolé dans une ancienne ferme. Il y a un an, c’est dans la rue principale du village de Saint Agrève, jadis lieu de repli des citadins en quête de grand air, qu’il fait l’acquisition collective d’une ancienne cordonnerie. Il écrit le texte Ljadno [Ljad=espace nu, solitude, terre défrichée — Ja est la translitération de la lettre я de l’alphabet cyrillique], basé sur un projet d’utopie communautaire, en même temps qu’il rénove les espaces de vie et de travail, et partage avec ses acolytes des activités d’impression, d’art graphiques, de menuiseries, ainsi qu’une pièce dédiée à l’herboristerie.

 

Parallèlement à l’écriture, Manuel Grand s’immerge dans une pratique intense d’atelier permettant de réaliser de bout en bout les livres contenant ses textes, mais aussi les illustrations qu’il produit grâce à la révélation de papiers ou de surfaces photosensibles. Fasciné par les procédés d’hier, qui auront permis entre autre la diffusion des images et du savoir, tout autant qu’amusé par la complexité de s’y replonger, il se projette dans un temps vivant des petites inventions quotidiennes, et s’échine à y reproduire coûte que coûte les images en laboratoire.

 

Son arrivée à Saint Etienne dans le cadre de la résidence des Amis du MAMC+ est marquée par le souhait d’ouvrir de nouveaux chantiers d’investigations dans sa pratique, de s’immerger dans des contextes nourris de l’histoire minière et ouvrière. Mais le deuxième confinement impose un changement de programme et le retour à Saint Agrève est envisagé pour poursuivre le travail des écrits et surtout approfondir les expérimentations photographiques et photosensibles, le développement argentique et les activités de reliure nécessitant un outillage adapté.

 

En retrait des grands centres urbains, Manuel Grand se nourrit ainsi pleinement de cette nouvelle retraite — mode opératoire qu’il affectionne et s’impose volontiers — pour préparer son exposition, affiner certaines réalisations, et concrétiser de nouvelles formes imaginaires. Une opportunité d’immersion pour reconquérir une mémoire, qui si elle est innervée d’anciens usages, n’en est pas moins fructueuse et génératrice d’activités et de perspectives nouvelles.

 

–          S. A-G.

 

 

 

L’exposition de restitution intitulée LJADNO se tiendra du 21 au 30 janvier 2021 en Salle des Cimaises dans l’ancienne École des Beaux-arts de Saint-Étienne 2.

 

 

 


1 : expression citée par Sophie Auger, 17.12.2020 .

2 : plan ici.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.